Travail – emploi

Un salarié dans notre cuma, non merci !

Autour de vous, des cuma recrutent. Et vous vous dites : c’est bien mais ce n’est pas pour nous, on est trop petit ou on n’a pas de moissonneuse, ni d’ensileuse. Pourtant, l’expérience des cuma ayant franchi le cap prouve que ce n’est pas une question de nombre de matériels, de chiffre d’affaires ou de nombre d’adhérents.
La taille des systèmes d’exploitations augmente, la main d’œuvre dite familiale se raréfie (retraités, aides familiaux…) et les agriculteurs aspirent, comme le reste de la société, à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Tous ces éléments conduisent à de la délégation, en plus ou moins grande quantité, répartie de façon parfois inégale dans l’année. Le salariat partagé en cuma prend alors tout son sens. La délégation de missions à la cuma permet, au-delà du gain de temps, une intervention au bon moment. La surcharge de travail entraîne souvent du décalage dans la...

Défi emploi : 1 815 euros pour recruter et former un nouveau salarié

Pour favoriser l’embauche dans les entreprises et Cuma de moins de 11 salariés, OCAPIAT (l’opérateur de compétences qui remplace le FAFSEA depuis janvier 2019) vous accompagne pour recruter et former des nouveaux salariés avec une aide de 1 815 euros HT*.
Pour quel contrat ? Nouveau salarié recruté en CDI ou en CDD d’au moins 6 mois, dont le contrat ne rentre pas dans les aides à l’emploi. Un même salarié ne peut bénéficier du dispositif qu’une fois tous les 5 ans. Seuls les contrats avec un temps de travail égal ou supérieur à 80% (base 35h) sont éligibles. Pour quelle Cuma ? Celles qui ont moins de 11 salariés Pour quelle formation ? Dans le cadre d’une formation externe et/ou interne selon le PIF établit avec l’Ocapiat (PIF : Plan Individuel de Formation) Quand faire la demande ? Dans le mois qui suit l’...

Apprentis, aides à l’emploi des jeunes

Dans le cadre de la relance de l’économie, le gouvernement a lancé le plan "1 jeune, 1 solution" doté d’une enveloppe de 6,5 milliards d’euros – avec des mesures pour accompagner les jeunes de 16-25 ans au sortir de la crise de la COVID-19.
Aides à l’apprentissage et au contrat de professionnalisation : Quand ? Pour les contrats conclus entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 Quelles formations ? Pour des formations allant jusqu’à bac +5 Qui ? Jeunes de – de 25 ans en apprentissage et – de 30 en contrat de professionnalisation Quelles entreprises ? Toutes les entreprise de -250 salariés sous conditions pour les entreprises de + de 250 salariés Quel montant ? 5 000€ pour un jeune de –18 ans et 8 000€ pour un majeur Comment ? Le déclenchement est automatique lorsque le contrat...

La prime PEPA exonérée jusqu’au 31/12/2020

Instaurée durant la Covid, la Prime Exceptionnelle de Pouvoir d’Achat (PEPA) pouvait être versée jusqu’au 30 juin 2020. Dans un premier temps, la date butoir a été repoussée au 31 août puis jusqu’au 31 décembre 2020 (Loi de finances du 30/07).
Pour mettre en place la PEPA : décision unilatérale de l’employeur – DUE (ou par accord d’entreprise mais peu de Cuma possède un accord). Un modèle est disponible sur simple demande au service paye : servicepaye_ucpdl@cuma.fr Pour les Cuma qui ont déjà versé une prime avant le 31/08, elles peuvent verser un complément dans les limites ci-dessous. Salariés bénéficiaires : les salariés présents au moment du versement ou au moment de la signature de la DUE. Modulation du montant : selon plusieurs critères : la rémunération, la classification, la durée de présence...

Heures supplémentaires : toujours exonérées de cotisations salariales et défiscalisées sur 2020

Depuis le 1er janvier 2019, les rémunérations versées dans le cadre des heures supplémentaires et des heures complémentaires des salariés à temps partiel, bénéficient d’une réduction des cotisations salariales d’origine légale.
Le taux de réduction des cotisations salariales est fixé à 11.31 %. Il n’y a en revanche aucune exonération de cotisations patronales (mais rappelons qu’elles existent sous d’autres formes). Ces rémunérations ouvrent également droit à une exonération d'impôt sur le revenu. Son montant est limité à 5 000 € nets par an (ou 5 358 € bruts). Les sommes supérieures à ce plafond issues des heures supplémentaires ou complémentaires sont imposables. La loi sur l’état d’urgence sanitaire a fixé la limite à 7 500 € net sur la période du 16 mars au 10 juillet 2020 inclus. Mais attention, hors...

Ensilage et moisson : des formations au service des chauffeurs

Ensilage et moisson : des formations au service des chauffeurs
Optimiser sa moisson Animée par Eric Canteneur, référent moisson à l’Union des cuma, cette formation d’une journée a permis aux participants d’approfondir leurs connaissances sur les organes et équipements des moissonneuses batteuses et de leurs différents réglages. Les apports et les échanges se font autour des machines de la cuma d’accueil et de la présentation d’exemples concrets, toujours dans le souci d’optimiser les chantiers de récolte.   Chauffeur d’ensileuse : les clés de la réussite Animée par Michel Seznec, référent ensilage à l’Union des cuma, et Florian Blot ou...

La prime exceptionnelle de pouvoir d'achat : "Prime Macron 2020"

« L’article 7 de la loi de financement de la sécurité sociale 2020 n°2019-1446 du 24/12/2019 » reconduit la possibilité pour les employeurs de verser, dans certaines limites et sous certaines conditions, une prime exceptionnelle exonérée d’impôt sur le revenu et de toutes cotisations sociales. Et l’Ordonnance n°2020-335 du 01/04/2020, suite à la crise du Covid-19 est venue modifier le régime juridique de cette prime.
Retrouvez, en pièce jointe, une note d'information. 

Dérogation 2019 aux 48 heures par semaine pour les Cuma des Pays de la Loire

La DIRECCTE régionale a accordé aux Cuma adhérentes à l'Union des Cuma des Pays de la Loire, une dérogation aux 48 heures par semaine pour l'année 2020.
Les limites sont les suivantes :  Sur la période du lundi 30 mars 2020 au dimanche 1er novembre 2020, les Cuma peuvent porter la durée maximale hebdomadaire absolue de travail à 60 heures par semaine pendant 7 semaines, dont 2 semaines consécutives. Travaux concernés : - Épandage d'engrais sur céréales - Épandage du fumier et du lisier - Récolte de l'herbe (fauche et ensilage) - Mise en place des cultures de printemps (préparation du sol et semis) - Récolte de l'herbe (foins) - Récolte des céréales (battages et pressage paille) -...

Pages

S'abonner à Travail – emploi