L’épisode de gel de début avril secoue à nouveau le vignoble nantais

Toutes les actualités
Tour antigel 2
Le vignoble nantais n’a pas été épargné par la vague de gel de ce début avril. Pas un domaine n’est épargné. Les pertes sont probablement entre 80 et 100%. « Il faut attendre de voir ce qui va ressortir », disent les plus optimistes, mais cela représentera sans doute 20% maximum des rendements habituels, car le cépage du muscadet fait peu de repousses fructifères.
Certaines Cuma s’étaient équipées de tours anti-gel mobiles pour 2018 après un épisode de gel très marqué en 2017. Ces tours avaient à peu près fonctionné, couplées à des braseros ou des bougies au pied en 2019. Cette année, elles ont été suffisantes pour faire face aux températures négatives des nuits plutôt sèches de la semaine du 5 au 11 avril, mais pas pour la nuit du 12 avril. Cette nuit-là, les températures ont avoisiné les -4 ou -5°C, avec une humidité supérieure à cause de la pluie du dimanche 11 avril. En alimentant de gros braseros toute la nuit au pied, certaines éoliennes ont protégé de 20 ares à 1ha, mais parfois rien du tout. Leur mise en réseau pour protéger un secteur semble plus efficace que des éoliennes isolées. C’est le cas à la Cuma la Clissonnaise (Clisson).

Dans ce contexte, quels dispositifs pour se protéger du gel ? Les responsables de Cuma s’interrogent et regardent ce qui se fait autour d’eux. Les bougies et les feux pour faire écran au lever du soleil qui brûle les bourgeons n’ont pas été efficaces et demandent beaucoup de préparation et de manutention les nuits de gel. Les fils chauffants et l’aspersion ont été plus efficaces, mais encore faut-il disposer d’une source d’électricité puissante à proximité pour les premiers et de réserves en eau importantes pour la deuxième. Ce qui démultiplie le coût de la solution. Les tours anti-gel fixes semblent également plus efficaces que les mobiles, à confirmer dans le temps…

Chacun s’interroge et reste abasourdi par cet épisode de gel, pour certains le 4ème parmi les 6 dernières années. Le seul point qui remonte le moral est que 2020 a été une bonne année qui, espérons-le, a permis à la majorité des vignerons de faire des stocks pour avoir du vin à vendre en 2022. En revanche, si ce phénomène se renouvelle au printemps 2022, les conséquences seront encore bien plus graves pour les vignerons du muscadet.

                                                                                                                                                                                                                                Anne Marquet
                                                                                                                                                                                                                       Chargée de Mission
                                                                                                                                                                                                              Section Loire-Atlantique 

 
Tour antigel 1
Tour antigel 3
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Le Dina Cuma (Dispositif National d’Accompagnement des projets et initiatives des Cuma) c’est quoi ?

Lire la suite de l'article

Désherb'Innov, plate forme de démonstration et lieu d'expertise sur le désherbage mécanique, aura lieu le 10 Juin prochain au Pertre en Ille et Vilaine.

Lire la suite de l'article

L’Union des Cuma réalise des suivis de chantier de récolte de l’herbe dans le cadre du dossier Optiherbe (financement régional), qui démarre ce printemps 2021.

Lire la suite de l'article